Suivez-nous RSS Facebook Twitter

Foie gras, le Gers appelle au boycott des vins de Californie

le 06/07/2012 à 17h37 — ObjectifNews.com
BusinessMidi-Pyrénées

La vente et la production de foie gras sont interdits en Californie depuis le 1er juillet

Philippe Martin, député PS du Gers et président du Conseil général de ce département, appelle au boycott des vins de Californie face à l'interdiction de la vente et de la production de foie gras dans cet état depuis le 1er juillet. Martin Malvy, le président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, invite lui, le gouverneur et ses concitoyens à venir déguster le produit dans la région.

Réputé en Midi-Pyrénées et en France, le foie gras ne semble pas être du goût de l’état de Californie aux Etats-Unis. Ce dernier a interdit, depuis le 1er juillet, la vente et la production de foie gras sur son territoire en raison du gavage considéré comme de la maltraitance animal. La situation n’a pas tardé à faire réagir les élus locaux. En représailles, Philippe Martin, président PS du Conseil général du Gers et député dans ce département, a appelé au boycott des vins californiens par les cavistes et restaurateurs français. L'élu parle de « geste de solidarité, car ceux qui seront pénalisés sont les restaurateurs aux Etats-Unis ». Il juge la mesure « excessive et insultante». Jean-Jacques Mirassou, sénateur de Haute-Garonne, estime « légitime » cet appel à retirer de la carte des restaurants, les vins de Californie. A son initiative, une lettre co-signée par Claude Berit-Debat, sénateur de la Dordogne, Roland Courteau, sénateur de l’Aude et Alain Fauconnier, sénateur de l’Aveyron, a été envoyée à Charles H.Rivkin, l’ambassadeur à Paris des Etats-Unis pour lui demander un entretien. La missive évoque « une méconnaissance certaine de la technique de gavage ». Jean-Jacques Mirassou n’hésite pas à parler d’une décision provoquée par des « lobbies qui souhaitent s’acheter une bonne conscience ». Sa crainte est que cette interdiction ne s’étende à d’autres états américains.

Marie-Pierre Pé, déléguée générale du Comité interprofessionnelle du foie gras, accuse également les « lobbies d’association de protection animale ». Elle a été reçue par le ministre délégué à l’Agro-alimentaire, Guillaume Garot. « Nous regardons sur le plan juridique ce qui peut-être mené », précise t-elle.

Leandro De Sa, président de l’AmCham (la chambre américaine de commerce) regrette le choix de la Californie mais aussi l’appel de Philippe Martin. « Tout protectionnisme est à proscrire. Les premiers à en pâtir vont être les Californiens et éventuellement Midi-Pyrénées avec l’appel au boycott du vin californien. La foie gras a toujours eu un défaut d’image, il vaut mieux organiser des opérations de communication qui seront plus efficaces que de rentrer dans une guérilla. »

Un préjudice pour l’image du produit

Sur le plan économique, l’impact de cette interdiction devrait être quasi nul. « Il n’y aura pas d’impact économique », explique Philippe Baron, président de l’Interprofession départementale des foies gras du Gers, mais on ne peut pas laisser faire et dire n’importe quoi. » Depuis 1999, les normes vétérinaires exigées sont particulièrement drastiques et les droits de douane ont explosé. 800 tonnes de foie gras étaient exportées de la France vers les Etats-Unis avant 1999, le volume est tombé autour de « 300, 400 tonnes ».
Le problème vient de l’image. « Cette interdiction laisse penser que le foie gras est un  produit illégal, c’est un préjudice d’image. La Californie reste un état faiseur de mode », justifie Marie-Pierre Pé.

Le président de la région Midi-Pyrénées, Martin Malvy est entré dans le débat de manière inattendue. Il a adressé une douzaine de mails à des organismes touristiques californiens pour inviter leurs concitoyens à déguster du foie gras en Midi-Pyrénées ainsi que le gouverneur de l’Etat de Californie, Edmond Brown. Le premier groupe sera accueilli par le président de la Région qui leur fera visiter des élevages du Sud-Ouest.

Philippe Martin a indiqué qu'il comptait saisir le commissaire européen au commerce, Karel de Gucht, avec Henri Emmanuelli, président du Conseil général des Landes, pour lui demander de défendre « la liberté commerciale ».

Wilfried Pinson

Photo © Rémi Benoit

Auteur : ML 
Partagez
 
Interview du jour
Le club éco - L'interview du jour
 
Jacques Gascuel,
Freemindtronic
Agenda économique
16.09.2014
9h30
Forum économique de Toulouse organisé par la CCI au Parc des expositions, débats animés par le journaliste économique Emmanuel Kessler
En savoir plus
13.11.2014 L'Académie de l'air et de l'espace et la 3AF organisent un Colloque International sur le thème "Présent et futur des drones civils" à la DGAC Paris, et en télétransmission vidéo à l'ENAC Toulouse.
En savoir plus

Toute l'actualité économique en Midi-Pyrénées avec la Quotidienne de 18h.

Je m'inscris