Suivez-nous RSS Facebook Twitter

Nouvelles inquiétudes sur le sort de la LGV : les réactions d’élus se multiplient

le 03/09/2012 à 17h57 — ObjectifNews.com
EconomieMidi-Pyrénées

La LGV arrivera-t-elle un jour jusqu’à Toulouse ? Une fois encore, le projet est remis en cause. Le ministre des Transports Frédéric Cuvillier a ainsi évoqué mercredi 29 août lors de sa visite dans le Tarn des "incertitudes de financement" sur la LGV Toulouse - Bordeaux. Les élus de droite comme de gauche rappellent l’importance du projet.

Le ministre délégué aux Transports Frédéric Cuvillier a évoqué mercredi la recherche de fonds européens pour financer les grands projets ferroviaires en suspens et, parmi eux, la ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse. Le ministre, en visite à Saint-Sulpice, n’a pas pris d'engagement quant à la réalisation du projet, cher au cœur des Midi-Pyrénéens, puisque la LGV placerait la ville de Toulouse à 3h15 de Paris, contre plus de 5 heures actuellement. Frédéric Cuvillier a justifié ces incertitudes en rappelant les contraintes budgétaires de l’État et la nécessité de hiérarchiser les différents projets. Or le financement de Bordeaux-Toulouse n'est pas bouclé, a-t-il souligné.

Des élus déterminés

Les réactions ont été immédiates. Martin Malvy, président de Région et président de l’association TGV Sud-Ouest refuse de remettre le projet en cause : "La ligne LGV Bordeaux-Toulouse se fera, c’est pour moi une évidence. La quatrième ville de France, et Midi-Pyrénées dans son ensemble, ne peuvent pas rester à l’écart du réseau ferroviaire à grande vitesse." Il ajoute que "Bordeaux-Toulouse est prioritaire (...) parce que c’est, de tous les projets, le plus rentable. C’est l’avis de la SNCF à travers l’expression de ses trois derniers présidents, Louis Gallois d’abord, Anne-Marie Idrac et enfin Guillaume Pépy."

Le maire de Toulouse Pierre Cohen souhaite lui aussi réaffirmer la nécessité de maintenir la réalisation de la LGV. "Dans un contexte financier très contraint, il y a en effet nécessité à hiérarchiser les grands projets d'infrastructures de transport. La ligne grande vitesse Tours-Bordeaux-Toulouse est une priorité et un investissement stratégique pour notre métropole et pour le pays lui même.”

S’il y a bien un dossier où gauche et droite se réunissent à Toulouse, c’est celui-ci. Pour Marie Déqué et François Chollet, co-présidents du groupe d’opposition Toulouse Métropole d’Europe, "renoncer à un projet qui mettra enfin la 4e ville de France à 3h15 de Paris et dont la rentabilité est indiscutable, ou repousser sa réalisation au-delà de 2020 ferait subir à notre métropole un très grave préjudice en termes de développement, d’accessibilité et d’attractivité." L’inquiétude est palpable chez le député UMP Jean-Muc Moudenc qui affirme que "plus que jamais, tous les élus doivent faire cause commune, par delà les clivages politiques, pour sauvegarder l’agenda de notre projet de LGV, et en consolider les conditions de réalisation." Plus radicale, la députée européenne Christine de Veyrac évoque quant à elle "un reniement de la parole de l’État, et une nouvelle illustration de l'abandon de Toulouse par le gouvernement actuel."

Parcours du combattant

Déjà en mars dernier, l’association TGV-Sud-Ouest marquait son mécontentement face aux réticences de l’État concernant le financement des travaux. Martin Malvy réaffirmait alors sa position. "Notre volonté est ferme et claire, nous attendons le début des travaux pour 2017." À ce moment-là, la crainte portait sur le montage financier de l’opération alors que les départements du Gers et du Lot-et-Garonne se retiraient du projet (le Lot-et-Garonne devait participer à hauteur de 90 à 100 millions d'euros. Le Gers, quant à lui, s’était engagé pour 8 M€).

Ce qui est sûr, c’est que Midi-Pyrénées, comme le département de Haute-Garonne, ne veulent plus mettre un sous de plus sur la table. Selon Martin Malvy, la part de la Région est passé de 400 M€ à 800 M€ depuis le début du projet et la part du Département à doublé également, passant à 400 M€.

Sophie Arutunian
©photo Rémi Benoit

Auteur : ML 
Partagez
 
Interview du jour
Le club éco - L'interview du jour
 
Jacques Gascuel,
Freemindtronic
Agenda économique
16.09.2014
9h30
Forum économique de Toulouse organisé par la CCI au Parc des expositions, débats animés par le journaliste économique Emmanuel Kessler
En savoir plus
13.11.2014 L'Académie de l'air et de l'espace et la 3AF organisent un Colloque International sur le thème "Présent et futur des drones civils" à la DGAC Paris, et en télétransmission vidéo à l'ENAC Toulouse.
En savoir plus

Toute l'actualité économique en Midi-Pyrénées avec la Quotidienne de 18h.

Je m'inscris