Cuisine / Restaurants : Du fait maison aux plats industriels - Objectif News

Cuisine / Restaurants : Du fait maison aux plats industriels

Les restaurateurs utilisent de plus en plus de produits industriels et de plats préparés, au détriment du «fait maison». Face à cette situation, les consommateurs réclament plus de transparence sur le contenu de leurs assiettes.

Alors que l’Unesco a inscrit le repas gastronomique des Français au patrimoine culturel immatériel de l’humanité et que les émissions de télé-réalité culinaire crèvent l’audience, les surgelés et les plats sous vide ont envahi les cuisines de nos auberges, désertées dans le même temps par les vrais chefs.

En effet, pour ouvrir un restaurant, plus besoin d’apprendre le métier ou d’engager des professionnels qualifiés, il suffit de remplir son Caddie chez Métro ou bien de passer commande auprès de Brake France, de Davigel (filiale de Nestlé) ou de Pomona, les principaux grossistes en plats tout prêts ou presque pour les restaurateurs. Ce sont les chaînes de restauration qui ont montré le chemin.

Créées par des investisseurs, plus soucieux de la rentabilité que du contenu des assiettes, elles ont introduit une logique industrielle dans un secteur demeuré jusque-là très artisanal. Plateforme d’achat, cuisines centralisées et portions conditionnées sous vide sont à la base du concept. Face à la pression des prix et aux difficultés croissantes de recrutement du personnel, de nombreuses brasseries et restaurants indépendants leur ont emboîté le pas, aidés par les grossistes en alimentation qui ont vite exploité le filon.

Ces derniers sont devenus en quelques années les fournisseurs principaux de la restauration commerciale, au détriment des producteurs et des commerçants traditionnels : crémerie, fruits et légumes, boucherie ou poissonnerie.

Un fléau industrielle qui fait perdre d’années en années l’authenticité de nos plat et de notre culture culinaire.

Ces articles vont vous intéresser