La Chine est notre principal partenaire commercial - Objectif News

La Chine est notre principal partenaire commercial


Aucun autre pays ne permet à l’Allemagne d’échanger autant de marchandises qu’avec la République populaire d’Allemagne. Toutefois, la République fédérale a réalisé l’excédent d’exportation le plus élevé par rapport à une autre grande économie.

La Chine est le principal partenaire commercial de l’Allemagne pour la deuxième année consécutive. Les importations et exportations entre les deux pays se sont élevées à 186,6 milliards d’euros en 2017, comme l’a annoncé mercredi l’Office fédéral de la statistique.

Les Pays-Bas se classent au deuxième rang avec 177,3 milliards d’euros, devant les États-Unis avec 172,6 milliards d’euros. La France est passée de la deuxième à la quatrième place en 2017. « De 1975 à 2014, la France a été le principal partenaire commercial de l’Allemagne « , ont expliqué les statisticiens.

Excédent d’exportation élevé par rapport à l’Amérique

Malgré la politique de forclusion annoncée par le président américain Donald Trump, les États-Unis ont été, comme les années précédentes, le plus grand marché pour les exportations allemandes. Les entreprises ont livré des marchandises « Made in Germany » d’une valeur de 111,5 milliards d’euros en Amérique. La France (105,2 milliards d’euros) et la Chine (86,2 milliards d’euros) se classent respectivement deuxième et troisième parmi les principaux pays exportateurs allemands.

Les exportations vers la Grande-Bretagne sont passées de 85,9 milliards d’euros à 84,4 milliards d’euros. Le Royaume-Uni a ainsi perdu deux places au cours du retrait prévu de l’UE et est retombé à la cinquième place. La plupart des marchandises importées en Allemagne l’année dernière provenaient de Chine (100,5 milliards d’euros).

Cependant, le commerce extérieur, si important pour l’économie allemande, est confronté à un vent contraire. Après les menaces américaines de droits de douane punitifs sur les produits étrangers en acier et en aluminium, les Européens se préparent apparemment à un conflit commercial. « Si des restrictions américaines sont effectivement imposées à nos entreprises sidérurgiques européennes, l’UE réagira de manière appropriée », a annoncé mardi une porte-parole du ministère fédéral de l’économie.

Ces articles vont vous intéresser